.MOI

Un .feedback bien bruyant!

10/4/2017

L’actualité continue avec la nouvelle extension .feedback qui ne semble pas faire le bonheur des titulaires de marques.

Le 24 octobre 2016, le registrar MarkMonitor publiait un article de blog dans lequel il indiquait accompagner plusieurs de ses clients titulaires de marques dans leur volonté de contester les pratique de Top Level Spectrum (TLS), le registre responsable du .feedback.

.feedback est un nouveau TLD dont le but est « d’être utilisé par les titulaires de marques comme un canal de communication pratique pour obtenir un retour de leur public ». La particularité de cette extension est de rendre obligatoire l’utilisation d’un modèle de mini-site utilisé pour recueillir les avis du public vis-à-vis d’une marque ou d’un service en particulier. Un exemple d’utilisation peut être trouvé à la page facebook.feedback.

Des titulaires de marques tels que Facebook, Adobe ou Levis ont intenté une Public Interest Commitment Dispute Resolution Procedure (PICDRP) auprès de l’ICANN pour contester les pratiques du registre TLS vis-à-vis du .feedback, arguant notamment du non-respect par ce dernier de ses engagements d’intérêt public pris auprès de l’ICANN ainsi qu’au non-respect des promesses faites lors de sa candidature.

L’ICANN a désigné un panel et a réagi en envoyant une lettre signée de la part de Maguy Serad, vice-Présidente de la conformité contractuelle à l’ICANN incriminant le registre TLS du non-respect de certains de ses engagements. Cette lettre met en avant plusieurs griefs à l’encontre du registre, et tout d’abord le non-respect des obligations de transparence, d’ouverture et de non-discrimination. Sont également invoqués en second lieu la non-présence de liens et de documentations imposées par l’ICANN sur le site du registre, la non publication d’adresses de contact à utiliser pour rapporter de mauvaises conduites de la part des réservataires de noms de domaine en .feedback, ainsi que des retards dans le payement des frais ICANN.

Le président du registre TLS se défend en critiquant la décision du panel qui a «confondu les politiques de l’ICANN et les programmes marketing». Selon Jay Westerdal, les pratiques incriminées comme les conditions spéciales d’enregistrement des prix discriminants pour les titulaires de marque, ou encore l’obligation pour les réservataires de mettre en place un mini-site d’avis basé sur un modèle standard relèvent d’une stratégie marketing autour du .feedback et n’entrent pas en contradiction avec les obligations imposées par l’ICANN.

Affaire à suivre.

Source 1 Source 2 Source 3

A lire également :

← Les dernières nouvelles extensions déléguées

11/04/2017 C'est le 7 avril 2017 que les deux (...)

What a noisy .FEEDBACK →

April 10, 2017 **.Feedback** is still a hot topic and (...)
.MOI
ICANN ACCREDITED REGISTRAR TMCH OFFICIAL AGENT VERISIGN ACCREDITED REGISTRAR RESTENA (.LU) ACCREDITED REGISTRAR CENTRANIC ACCREDITED REGISTRAR AFNIC ACCREDITED REGISTRAR EURID ACCREDITED REGISTRAR NOMINET ACCREDITED REGISTRAR FICORA ACCREDITED REGISTRAR RIGHTSIDE ACCREDITED REGISTRAR DONUTS ACCREDITED REGISTRAR ZA CENTRAL REGISTRY ACCREDITED REGISTRAR ZA CENTRAL REGISTRY : .AFRICA ACCREDITED REGISTRAR

Droits des détenteurs (ICANN)
Politique de suppression de domaine expirés
Conditions de service proxy
Conditions Générales de Vente
Conditions Particulières Noms de domaine
Réclamations